France Télévisions va lancer son propre service de SVOD

le 31 mars 2017
France Télévisions va lancer son propre service de SVOD

Dans un contexte où les services de vidéo à la demande par abonnement se multiplient, France Télévisions lancera à son tour son service de SVOD le 31 mars 2017. L’occasion pour le groupe de diversifier ses sources de revenus.

Lors d’une interview accordée au journal Le Monde, Laetitia Recayte, directrice du développement commercial de France Télévisions, en charge de la publicité, de la distribution et de la production, a déclaré : « nous allons lancer le 31 mars 2017 une offre de vidéo à la demande par abonnement qui sera généraliste, avec des séries, du documentaire, des programmes jeunesse et du cinéma ». Dans un contexte où les services de vidéo à la demande explosent, pour faire face à Netflix, France Télévisions propose à son tour ce type de service, avec de « la place pour une offre de service public qui dépassera évidemment les contenus de France Télévisions ». Rappelons que de son côté, Vivendi, propriétaire de Canalplay, s’est rapproché de l’italien Mediaset pour créer un « Netflix latin », et que SFR capitalise sur Zive.

Ce projet de France Télévisions est, pour le groupe, l’occasion de développer et diversifier ses sources de revenus. Une mission qui a été confiée à Laetitia Recayte, qui n’écarte d’ailleurs pas un retour à la publicité après 20 heures. Elle explique : « France Télévisions ne peut pas diffuser de publicité en soirée. C’est une question sur laquelle, à mon sens, il faudra un jour revenir. Pour nous donner des marges de développement - le potentiel est de 100 millions d’euros. Plutôt que des res-trictions, je préférerais un système où nous puissions nous autoréguler, à l’image de ce que nous faisons pour les programmes jeunesse ». L’ancienne productrice de fiction poursuit : « J'ai l'impres-sion qu'il n'y a eu aucun enseignement tiré de ce qui s'est passé en 2009, quand nous avons perdu la publicité en soirée et les deux tiers de notre budget. Cela a-t-il profité aux chaînes privées ? Non : la moitié de notre perte a migré vers le numérique, un marché qui échappe aux télés et ne finance pas la création ».

2 commentaire(s)
le 06/05/2016 à 12:36:30

Sandrine L. le 07/05/2016 à 16:38:01

pas interressé


Severine B. le 08/05/2016 à 17:40:03

Youpiiii...ça va leur donner l'occasion de nous recoller les "plus belle la vie", "Louis la brocante", etc... en streaming, le top du top. Un tel service devrait déjà être inclus et gratuitement, la redevance est déjà assez douloureuse comme ça pour des programmes plus que dépassés... Et sinon, ils espèrent réellement tirer un quelconque profit de leur catalogue ringard? Non, je ne suis pas mauvaise langue, mais le peu de créateurs qu'ils aient eu il y a des années déjà, ils ont été assez bêtes pour les laisser filer à la concurrence, alors maintenant, ils peuvent s'en mordre les doigts (et jusqu'à l'os s'il vous plaît), je ne viendrai pas les plaindre, "pitoyable" est le seul mot qui me vient à l'esprit, comme cette manie de "rajeunir" leur grille, ce qui pêche, ce ne sont pas les pauvres présentateurs qui font ce qu'ils peuvent, mais la direction, qui sent le moisi depuis longtemps!